La vérité sur le neurofeedback

Le neurofeedback est une méthode thérapeutique liée aux neurosciences et basée sur l’auto-régulation cérébrale. Cette technique permet de soulager tout en douceur de nombreux maux comme le stress chronique, les troubles du sommeil, les addictions, les états dépressifs et bien plus encore. Zoom sur cette méthode de soin révolutionnaire.

Le neurofeedback, c’est quoi ?

Une méthode basée sur la rétro-action du cerveau

En anglais, « feedback » signifie « retour » ou « rétroaction ». La méthode du neurofeedback se base en effet sur le fait de faire rétro-agir le cerveau sur sa propre activité. Pour la première fois utilisé dans les années 1960 sur des patients atteints de dépression et de troubles mentaux, le neurofeedback découle de nombreuses années d’étude sur le cerveau humain. Son principe ? Informer le patient sur sa dynamique cérébrale en temps réel, afin de permettre au cerveau de réguler et de rééquilibrer lui-même son activité.

Le neurofeedback est donc une technique de thérapie visant à rééduquer le cerveau en utilisant un processus d’apprentissage particulier. Dans ce processus, le cerveau est incité à modifier et réguler ses propres émissions d’ondes électriques. La méthode du neurofeedback implique donc l’utilisation de dispositifs EEG (électroencéphalogramme) permettant de capter et de traduire l’activité cérébrale du patient. Lors des sessions, le patient est ainsi informé en direct de l’activité produite par son cerveau, ce qui permet alors à ce dernier de s’auto-réguler.

Alternative sans risque aux traitements médicamenteux, le neurofeedback est en plus indolore et non-invasif. Cette technique de psycho-neurothérapie repose sur des principes scientifiques reconnus et validés.

Petit retour en arrière

L’histoire du neurofeedback est assez récente. Si les premières découvertes au sujet de l’activité électrique du cerveau datent de la fin du 19e siècle, la méthode du neurofeedback voit réellement le jour dans les années 60 et 70 grâce à Barry Sterman. Ce directeur d’université américain commence en effet à cette époque à tester la capacité du cerveau à contrôler ses propres ondes cérébrales sur certains sujets humains. Sa méthode s’avère efficace puisqu’il parvient notamment à réduire significativement le nombre de crises d’épilepsie chez ses patients. 

Dès la fin des années 1990, Eugene Peniston et Paul Kulkosky mettent au point un protocole de neurofeedback précis. Celui-ci est alors appliqué sur des vétérans du Vietnam atteints de stress post-traumatique et d’addiction à l’alcool. L’expérience est encore une fois un succès : la thérapie par neurofeedback est née.

Neurofeedback : comment ça fonctionne ?

Le cerveau : un organe à modeler

Le cerveau est un organe en perpétuelle évolution, qui change et se transforme tout au long de notre vie. Nous avons la possibilité d’agir sur notre cerveau, de le modeler et d’induire en lui des changements afin d’améliorer nos capacités. La thérapie par neurofeedback vise donc à remodeler le cerveau dans le but d’améliorer certains états psychiques. Le neurofeedback est là pour guider le cerveau vers un fonctionnement plus adapté et plus équilibré, lorsqu’il en a besoin.

Les principes du neurofeedback

Le neurofeedback consiste à permettre à une personne d’agir directement sur son activité cérébrale. Ceci afin de venir à bout de certains troubles mentaux, d’améliorer sa santé générale mais aussi ses capacités cognitives. Grâce à des appareils spécifiques servant à mesurer l’émission des ondes cérébrales (EEG), les informations liées à l’activité du cerveau du patient lui sont communiquées avec précision en temps réel (le plus souvent par des signaux auditifs et/ou visuels). Les variations de ces informations, liées aux changements de pensées et d’émotions ressenties, permettent au patient de se représenter les modifications physiologiques qu’il souhaite obtenir, selon ses objectifs à atteindre.

Par exemple, si l’objectif du patient est de se débarrasser du stress dans sa vie quotidienne, il sera alors informé en temps réel de l’émission par son cerveau des ondes alpha. Les ondes alpha sont en effet le type d’ondes cérébrales émises lorsque le corps et l’esprit sont détendus. Dans ce cas précis, la modification physiologique souhaitée est donc une plus grande et plus fréquente émission d’ondes alpha. L’objectif à atteindre étant la réduction du stress. Grâce au neurofeedback, le cerveau du patient est donc informé en direct des moments précis de la séance où il produit lui-même des ondes alpha et en quelle quantité. Ce « feedback » lui permet alors d’apprendre à générer ces ondes volontairement et plus facilement.

Au fur et à mesure des séances, le cerveau acquiert des mécanismes qui permettront à terme d’être reproduits dans la vie courante, sans avoir besoin d’appareil.

La plasticité neuronale au cœur du fonctionnement du neurofeedback

Le principe de la thérapie par neurofeedback repose sur la plasticité neuronale, c’est-a-dire la capacité des neurones à changer le type de réponse donné à un même stimulus. Ce sont en effet les neurones du cerveau qui, sous l’influence des stimulations induites par la méthode, vont peu à peu créer de nouveaux chemins de communication pour ainsi enrichir leur activité et donner de la plasticité aux fonctions du cerveau.

L’apprentissage via le neurofeedback permet donc, au fil des séances, à de nouvelles cellules nerveuses de se former, de renforcer certaines connexions, d’en créer de nouvelles et d’en éliminer d’autres. Ce qui se traduit par la naissance d’un modèle de fonctionnement cérébral plus équilibré, plus harmonieux et plus adapté aux besoins du patient.

Comment se déroule une séance de neurofeedback ?

Lors d’une séance de thérapie par neurofeedback, le patient est invité à s’installer confortablement puis à regarder des images ou à écouter de la musique. Un dispositif EEG mesure alors en direct son activité cérébrale et plus précisément l’émission des ondes électriques par son cerveau. Par le biais d’un casque audio et/ou d’un écran, cette activité cérébrale mesurée en temps réel est retranscrite pour permettre au patient d’en avoir conscience. Par un processus naturel, le cerveau apprend alors dans ces conditions à modifier peu à peu son propre fonctionnement dans le but d’atteindre l’objectif recherché. 

Au cours des séances, le cerveau apprend. Cet apprentissage est ensuite intégré pendant les phases de sommeil du patient. Au fil des séances, le cerveau acquiert de plus en plus d’automatismes, jusqu’à finalement retrouver un bon équilibre de façon spontanée. La méthode du neurofeedback est aussi bien adaptée aux adultes qu’aux enfants et même aux bébés.

Dans quels cas faire appel au neurofeedback ?

La thérapie par neurofeedback est indiquée dans divers cas de figure. Cette méthode est en effet bénéfique dans le cadre de nombreux troubles psychiques mais peut aussi être utilisée pour le développement personnel, l’amélioration des capacités cognitives ou l’amélioration de la santé en général.

Dans un contexte clinique, le neurofeedback peut s’avérer efficace pour soulager :

  • l’autisme
  • le déficit d’attention
  • l’épilepsie
  • la fatigue chronique
  • la dyslexie
  • les troubles du sommeil
  • les troubles anxieux
  • le trouble borderline
  • la bipolarité
  • les troubles dissociatifs
  • les TOCS
  • les troubles de l’apprentissage
  • la fibromyalgie
  • les allergies
  • etc.

La rééducation du cerveau grâce au neurofeedback est également conseillée pour les patients ayant subi des AVC ou des traumatismes profonds. Cette méthode s’avère alors être une aide supplémentaire précieuse pour remodeler le cerveau et lui réapprendre à faire fonctionner le corps malgré les dommages ayant été causés.

De plus en plus utilisé en dehors des cas cliniques, les séances de neurofeedback peuvent également être bénéfiques pour aider à venir à bout du stress chronique, des troubles de la mémoire, des migraines, des phobies, des addictions et dépendances, des acouphènes, de l’hyper-émotivité, de la procrastination, du manque de confiance en soi… C’est pourquoi cette méthode thérapeutique douce est de plus en plus vantée comme une aide efficace au développement personnel.

De nombreux professionnels font aussi appel au neurofeedback pour entrainer leur cerveau dans le simple but d’améliorer leurs performances. Cette technique peut en effet être utilisée sans limite et n’aboutit qu’à des changements positifs. Ainsi, les athlètes professionnels l’utilisent pour booster leurs performances physiques, tout comme les artistes pour developper leur créativité. Certains managers, coachs et cadres d’entreprises voient également en cette méthode un moyen d’améliorer leurs performances mentales et leur productivité.

Laisser un commentaire